Nous sommes les femmes* socialistes


  • Discours de Martine Docourt, Co-Présidente des Femmes* socialistes suisses au Congrès du PS

    Chères et chers camarades

    Le féminisme n’est pas simplement la parité pour chaque poste. Il est une pratique politique et l’idéal d’un monde solidaire, écologique où chacune et chacun vivent selon leurs besoins et leurs possibilités en sécurité et en liberté.

    L’annulation du congrès d’avril a changé la donne pour l’élection à la présidence, mais a surtout provoqué un brouhaha des élus aux chambres fédérales, donnant l’illusion que tout se joue dans les travées des Chambres et que la base du parti n’a pas son mot à dire.

    Ne cédant pas à certaines manœuvres poussiéreuses, les femmes socialistes ont mené plusieurs discussions avec la future présidence, réflexions qui ont conclu que la vice-présidence du parti ne peut pas représenter tous les courants, régions, minorités et que la politique féministe de notre parti ne doit pas tenir aux seules Femmes* socialistes.

    Elle doit être soutenue par l’ensemble du parti pour contrer la politique bourgeoise d’inégalités.

    Nous accordons ainsi notre confiance à Mattea et Cédric.

    Même si avec 5 femmes candidates à la vice-présidence, nous aurions pu rêver d’une vice-présidence 100% féminine, j’ai décidé, sur la base de nos réflexions et soutenue par les femmes socialistes, de retirer ma candidature à la vice-présidence.

    Nous appelons donc à soutenir les candidates Ada Marra, Barbara Gysi et Jacqueline Badran tout comme Laura Riget et Nina Schläfli pour le comité directeur.

    Même si cette décision n’a pas été facile, nous prenons aujourd’hui, comme avant, nos responsabilités vis-à-vis du parti.

    Cette élection ne doit pas conduire à une lutte entre candidates et à une division interne aux allures de bataille de chiffonniers.

    Nous attendons d’ailleurs que d’autres candidats en fassent de même.

    Nous nous réservons également le droit de revenir sur cette décision si nous devions constater par la suite que les objectifs féministes peinent à se faire entendre de la direction du parti.

    Ainsi, camarades, nous restons fidèles à nos engagements de solidarité féministe, d’action au sein des mouvements sociaux féministes et progressistes ainsi qu’à notre travail de consolidation des FSS.

    Et nous avons l’espoir que le parti sait l’importance de ce travail et nous fournira les ressources nécessaires à le mener à bien.

  • Article de Martine Docourt et Tamara Funiciello, co-présidentes des Femmes* socialistes suisses

    Dans une école de Genève, les écolières – toutes des filles – devaient porter un T-shirt surdimensionné portant l’inscription « J’ai une tenue adéquate » pour cacher leurs épaules nues ou un haut sans ventre. Ce n’est pas un hasard si ce sont presque exclusivement les filles qui sont touchées par ces mesures dans toutes les régions du pays. Les réglementations telles que celle qui stipule que les vêtements ne doivent pas être « trop sexy/excitants/ provocateurs » visent directement les femmes, leurs vêtements et leur corps. Les vêtements des hommes deviennent un sujet tout au plus lorsqu’ils semblent manifestement (et intentionnellement) mal entretenus. Les écolières sont accusées de distraire leurs camarades de classe masculins avec leurs vêtements – et en un instant nous nous retrouvons au milieu des accusations malheureusement encore courantes contre les femmes. Les femmes continuent d’être accusées d’être responsables de harcèlement et même de s’agresser elles-mêmes, parce qu’elles l’ont provoqué par leurs vêtements, leur comportement, leurs allées et venues. Artikel lesen…

  • Comuniqué de presse des Femmes* socialistes suisses du 24 septembre 2020.

    Environ 20 000 actes de violence envers les femmes sont signalés en Suisse chaque année, et toutes les deux semaines environ, une femme est victime d’un féminicide. Pour les Femmes* socialistes suisses, il est urgent de développer les mesures de prévention d’adapter notre langage par rapport à ces crimes, et de contrer ainsi une banalisation de ces actes dans la perception du public. Artikel lesen…