Nous sommes les femmes socialistes


Une réforme sans gagnant-e

Von SP Frauen* Schweiz / PS Femmes* Suisse, 20. septembre 2022


Blog de Martine Docourt, Co-presidente des Femmes socialistes

Il y a maintenant une année, les syndicats, les partis de gauche et les collectifs de la grève féministe, étaient une fois de plus dans la rue pour dire NON à AVS21. Malgré les différentes mobilisations, la majorité bourgeoise des Chambres fédérales acceptait AVS 21, une réforme qui n’en a que le nom, tant elle n’améliore en rien le sort des personnes à la retraite.

AVS 21 est inacceptable car la politique suisse en matière d’égalité n’avance pas et cet immobilisme impacte fortement les retraites des femmes. Le projet ne tient pas non plus compte de la précarité que vivent bien trop de femmes à la retraite. Une femme sur neuf reçoit des prestations complémentaires, ce sont plus de 140 000 femmes en Suisse qui sont concernées. En 2019, la moitié des retraitées doivent se contenter de moins de 1800 francs de rente AVS par mois. Ceci alors que selon la Constitution fédérale, le premier pilier doit couvrir les besoins vitaux de chacune et chacun à la retraite (article 112).

Les montants actuels sont déjà trop bas… et pourtant, voilà de nouvelles péjorations ! AVS 21, c’est pour chaque future retraitée une perte de revenu d’environ 26 000 francs.

AVS 21, c’est aussi l’augmentation de la TVA. Une augmentation qui surviendrait alors que le pouvoir d’achat est diminué par l’augmentation des prix de l’énergie, des aliments et des primes maladie. Cette perspective est intolérable. Dans ce sens, AVS 21 est antisocial et constitue un démantèlement de l’AVS.

En effet, au lieu d’améliorer la situation, AVS 21 constitue une gifle supplémentaire infligée aux femmes de Suisse en leur imposant l’augmentation de l’âge de la retraite. Le démantèlement se fait ainsi principalement sur le dos des femmes, sur le dos desquelles la Confédération compte réaliser une économie de 7 milliards. Ceci alors que l’inégalité salariale atteint toujours 20 %. Les écarts salariaux entre femmes et hommes n’ont pas diminué. Pire, ils ont augmenté ! De même que les salaires des métiers majoritairement féminins, bien qu’essentiels et souvent pénibles – la pandémie l’a démontré – sont toujours et encore trop bas.

Et que dire de la politique de conciliation entre vie privée et vie professionnelle en Suisse ? Elle est toujours à la traîne, voire inexistante. Nous le savons bien, puisqu’une initiative à ce propos a été lancée. Tout cela exacerbe les inégalités. Ces différentes discriminations envers les femmes s’accumulent tout au long de leur parcours professionnel et ont forcément un impact négatif sur les montants de leurs retraites. Ce n’est pas pour rien que les femmes touchent en moyenne un tiers de moins que les hommes à la retraite.

Alors, entendre les femmes bourgeoises dire qu’elles sont prêtes à “se sacrifier” me donne la nausée. Se sacrifier ? Une fois de plus ? Ceci alors que ce sont déjà souvent, trop souvent, les femmes qui sacrifient leur carrière professionnelle en raison d’un système totalement inégalitaire et d’une pression sociale omniprésente. Et “se sacrifier” pour quoi, quand on sait que, de l’aveu même de ses partisan-e-s, la réforme n’aura même plus d’effets dans 10 ans.

Enfin, nous devons le rappeler : cette étape est tout bonnement la porte ouverte à l’augmentation de l’âge de la retraite de toutes et tous. Ne nous leurrons pas : si nous ne parvenons pas à faire échouer AVS 21, la droite majoritaire ne s’arrêtera pas là. Car oui, elle prévoit déjà d’augmenter l’âge de la retraite à 67 ans pour toutes et tous. Ceci alors que la pénibilité du travail est une réalité dans de nombreux métiers et qu’il est difficile pour les travailleuses et travailleurs âgé-e-s de retrouver un emploi après un épisode de chômage. Augmenter l’âge de la retraite, c’est augmenter le chômage de longue durée ou le recours à l’aide sociale.

On le voit bien : personne n’a rien à gagner avec AVS 21. Personne, sauf les grands patrons, pour qui précarité rime avec sous-enchère salariale.

Alors, les entendre accuser les syndicats d’être les fossoyeurs de l’AVS me donne tout autant la nausée. Parce que, au contraire, nous défendons le premier pilier en refusant cette fausse réforme. Nous détendons l’AVS car il est le pilier le plus social et solidaire. Et c’est bien pour ça que la droite veut une telle réforme, qui n’augmente pas les rentes et ne règle aucun problème, fragilisant ce pilier qui échappe aux fonds de pension. La droite majoritaire ne se soucie d’ailleurs guère de l’avenir de l’AVS, elle ne se soucie que des profits des deuxième et troisième piliers. Pas de profits pour le privé sur le premier pilier donc pas d’intérêt de la majorité bourgeoise de s’y intéresser.

Ainsi, la droite majoritaire au Parlement préfère miser sur les chimères de flexibilisation du monde du travail ou encore faire fi de décisions démocratiques dans certains cantons, en voulant réduire l’impact du salaire minimum. Et là encore, ce sont les plus démuni-e-s qui en feront les frais.

Si nous voulons que chacune et chacun puisse vivre dignement de son travail et donc de sa retraite, il faut voter et faire voter NON à AVS 21 le 25 septembre ! Et aussi, à travers notre voix, de porter celle de toutes celles et ceux qui seront touché-e-s par cette pseudo-réforme de la droite et qui n’ont toujours pas voix au chapitre !